Prestation de services

Le royal D’or Charles IV le Bel

Emise vers la moitié du début du 14ème siècle, notamment en 1326 durant le règne de Charles IV de France dit « Charles le Bel », le royal d’or est une pièce d’or de 25,5mm de diamètre correspondant à un degré de rareté R2. Frappée sur un flan large légèrement irrégulier, ce royal d’or pèse approximativement 4,15 grammes. Sur le marché, sa valeur numismatique à l’état TTB+est actuellement estimée à plus de 3 250 euros.

Le royal d’or de Charles IV le Bel : description

Présentant des caractéristiques assez distinctives, cette pièce d’or du moyen âge représente sur l’avers l’effigie du roi Charles IV le Bel couronné, debout de face sous un dais gothique à stalle et à pinacles, vêtu d’un long manteau attaché sur l’épaule droite par un fermail. Il tient un sceptre fleurdelisé de la main droite. Sur le pourtour de l’avers est inscrite la titulature en latin : «B KO’L REX – FRA’COR’ » qui signifie : « Charles, Roi des Francs ». Le revers de la pièce expose à son tour une croix quadrilobée, feuillue et fleurdelisée avec quadrilobe en cœur. Elle est située à l’intérieur d’un quadrilobe tréflé et cantonné de quatre couronnes. L’inscription : « XP’C VInCIT XP’C REGNAT XP’C IMPERAT » occupe la périphérie du revers. Cette mention en latin signifie : « Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande ».

Masse d’or Philippe IV Le Bel

Actuellement coté à plus de 15 000 euros, ce denier d’or à la masse de Philippe IV Le Bel représente une marchandise très prisée sur le marché numismatique.

Masse d’or de Philippe IV Le Bel : une pièce de grande valeur

Pesant environ 7,04g, cette pièce représente, sur l’avers, l’effigie de Philippe IV, dans toute sa majesté, couronné et vêtu d’un manteau attaché sur l’épaule droite par un fermail. Le Roi est assis de face sur un trône orné d’avant-corps de dragons aux longs cous. Il tient une fleur de lys de sa main gauche et saisit,  par sa main droite, un sceptre parachevé par une fleur de lys. Il est situé à l’intérieur d’un champ de polylobe bordé intérieurement de festons fleurdelisés. Sur le pourtour de la pièce est inscrite la mention : « +PHILIPPVS:DEI:GRA:FRANCHORVM:REX » qui signifie : « Philippe, par la grâce de Dieu, Roi de Francs ». Le revers de la pièce arbore en revanche une croix feuillue et fleurdelisée avec quadrilobe en cœur. Elle est cantonnée de quatre lys et est placée à l’intérieur d’un quadrilobe aux quatre angles extérieurs tréflés.

La périphérie extérieure du revers laisse apparaître une inscription en latin : « +XP’C:VINCIT:XP’C:REGNAT:XP’C:IMPERAT » pouvant littéralement se traduire par : « Le Christ vainc, le Christ règne et le Christ commande ».

Jean II Comnène, Hyperpère

L’hyperpère est une pièce de monnaie byzantine utilisée vers la fin de la période médiévale. Elle fut introduite par l’empereur Alexis 1er Comnène en 1092 pour remplacer le nomisma, équivalent grecque du solidus. Les hyperpères sont généralement constitués d’or pur (le plus souvent à 900 ou 950 millièmes), mais existent également en électrum (alliage composé d’or et d’argent) comme le cas de certains hyperpères de Jean II Comnène.

L’hyperpère de Jean II Comnène (1118 – 1143) : un besant de grande valeur

Les hyperpères de Jean II Comnène représentent sur l’avers (aussi bien pour l’hyperpère en électrum que celui en or) le buste du christ vu de face assis sur son trône, bénissant de la main droite, et saisissant un livre d’évangiles de la main gauche. A la différence de l’hyperpère en or qui représente sur l’avers l’effigie de Jean II couronné, debout de face, vêtu du loros et couronné par la vierge nimbée, le revers de l’hyperpère en électrum arbore, quant à lui, l’effigie et Jean et Saint Georges debout, saisissant une croix double, posée sur trois niveaux. Pesant approximativement 3,24 à 4,09 grammes, l’hyperpère de jean II Comnène en électrum est actuellement coté à 500 euros à l’état SUP contre 600  euros pour un hyperpère en or.

Médaille en or Notre belle nation France

Comme son nom l’indique, cette médaille en or de qualité Belle Epreuve titrée à 585  millièmes reflète les traits spécifiques de la nation française à travers les effigies qu’elle représente aussi bien à l’avers qu’au revers.

Médaille en or BE France : « Notre Belle Nation »

Présentant des caractéristiques assez particulières, cette médaille met en exergue, sur la partie droite de son avers, le portrait de Marianne coiffée d’un bonnet phrygien, les cheveux aux vents, à côté duquel figure en arrière plan la représentation de la carte de la France entourée de trois étoiles à cinq branches. Le nom du pays d’émission est indiqué en lettres capitales sur la partie supérieure de la médaille, surplombant l’effigie de la figure emblématique de France et la représentation cartographique du pays. La mention : « NOTRE BELLE NATION » cercle également le pourtour de l’avers sur sa partie inférieure gauche.

Sur la partie centrale du revers de la médaille figure en revanche, un blason fleurdelisé surmonté d’une couronne. Il est situé à l’intérieur de deux branches liées à l’aide d’un ruban, surplombant le nom du pays. L’ensemble étant encerclé par les trois valeurs de la République Française : « LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE ».

Médaille en or Premier vol Clément Ader

Clément Ader est un ingénieur français né le 2 avril 1841 à Muret. Principal pionnier de l’aviation, il fut rendu célèbre pour avoir été le premier à faire décoller un engin motorisé plus lourd que l’air en 1890. De nombreuses médailles en or titrées à 585 millièmes furent alors frappées pour rendre hommage à cet illustre homme de génie décédé à Toulouse en mars 1925.

Médaille en or BE clément Ader : description

Présentant des caractéristiques très spécifiques, cette médaille représente en avant plan, sur l’avers, le portrait de Clément Ader à droite de son engin baptisé sous le nom d’Aquilon ou Avion III, en dessous duquel figure l’année où l’inventeur s’éleva au-dessus du sol à bord de son engin à moteur et à hélice. Son nom est gravé sur la partie supérieure de l’avers surplombant son portrait et la représentation de son engin volant. L’inscription : « PIONNIER DE L’AVIATION » occupant à son tour, la partie inférieure de l’avers, notamment sur la périphérie.

Sur la partie centrale du revers figure un blason fleurdelisé surmonté d’une couronne situé entre deux branches (l’une de chêne, l’autre de laurier) liées par un ruban. L’ensemble étant encerclé par les valeurs de la République Française : « LIBERTE – EGALITE – FRATERNITE » et le nom du pays d’émission : « FRANCE ».

20 Lire Or Murat Naples et Sicile Italie

Joachim Murat est un maréchal d’Empire, prince français et roi des Naples en 1868. Il est également le beau frère de l’empereur Napoléon 1er par son mariage avec Caroline Bonaparte. Actuellement cotées à près de 1500 euros, les pièces de 20 Lire en or frappées à son effigie figurent parmi les pièces les plus rares.

20 Lire en Or : Joachim Murat

Présentant des caractéristiques assez similaires aux Napoléons français, cette pièce met également en exergue, sur la partie centrale de son avers, le profil droit tête nue de l’Empereur Joachim Murat, entouré de son nom : « GIOACCHINO NAPOLEONE » parachevé par le millésime de frappe, qui est placé, pour sa part, en dessous de la tranche du cou.

Sur l’avers de la pièce figure la valeur faciale, placée encore une fois en plein centre, à l’intérieur de deux branches ; l’une de chêne, l’autre de laurier ; liées par un ruban. La légende : « REGNO DELLE DUE SICILIE »  ou « Royaume des Deux-Siciles » occupe le pourtour de la pièce. Titrée à 900 pour-mille, cette pièce d’or de 6,45 grammes représente en même temps une pièce de collection et une véritable pièce d’investissements qui suscite l’intérêt des investisseurs, collectionneurs et amateurs de pièce de monnaie.

Publicité
Publicité
Nuage de Tag