Prestation de services

100 Francs or Bazor IIIème République

Entre 1929 et 1936, alors que la France subit encore les séquelles de la première Grande Guerre, elle décide d’émettre plus de 13 millions d’exemplaires de pièces d’or d’une valeur faciale de 100 francs portant le nom du graveur Lucien Georges Bazor. Compte tenu de la persistance de la crise ayant frappé le pays durant cette époque, ces pièces furent rapidement démonétisées en 1936 et seules très peu d’exemplaires ont échappé à cette refonte. C’est la raison pour laquelle les 100 francs Bazor se font très rares en France. Selon l’état de conservation, la cotation de ces pièces peut relativement varier entre 900 à plus de 3500 euros.

100 francs Bazor : Caractéristiques

Titrée à 900 millièmes, cette pièce d’or de 6,55g représente sur l’avers la tête de la liberté, coiffée d’un bonnet phrygien ailé, orné de cocarde comportant la signature de L. Bazor au dessous de la tranche du cou. La mention « REPUBLIQUE FRANCAISE » y étant inscrite sur le pourtour. Le revers de cette pièce de 21 mm de diamètre représente un globe à partir duquel sortent un épi, une branche d’olivier, et une branche de chêne. Le millésime de frappe y est mentionné en dessous, tandis que la valeur faciale de 100 francs surmonte l’ensemble. Sur la tranche de la pièce, l’on peut lire l’inscription : « LIBERTE-EGALITE- FRATERNITE ».

20 Francs transitoire « grosse tête » or

Les pièces de monnaie en or de 1807, appelées « Napoléon », sont des pièces très prisées par les collectionneurs et numismates. L’on doit le nom de ces pièces au premier consul Napoléon Bonaparte, qui décida de leur fabrication en 1803. Les premières pièces furent émises pour la première fois en 1807, et portent l’effigie de Napoléon Bonaparte. Les pièces de 20 francs 1807 A, Napoléon Ier type Transitoire, sont également appelées 20 francs Transitoire « Grosse Tête ». Cette pièce a une pureté en or de 900/1000, pèse 6,45161 grammes, et possède 21 millimètres de diamètre. Le graveur général de la pièce est Pierre-Joseph Tiolier (1803 – 1816), qui mit sa signature sur la tranche du cou de Napoléon.

Descriptif de la pièce

Comme son nom l’indique, la pièce de 20 francs Transitoire Grosse Tête porte la tête nue de Napoléon 1er, à gauche, entourée, sur le pourtour de la pièce, de la titulature : « NAPOLEON – EMPEREUR ». Sur le revers de la pièce, la valeur faciale « 20 FRANCS » est inscrite au milieu de la pièce, entourée d’une couronne formée de deux branches de laurier. Sur le pourtour de la pièce, sont gravés : « REPUBLIQUE FRANÇAISE », le millésime « 1807 » et les différents.

Ange d’or Philippe VI De Valois

L’ange d’or de Philippe VI De Valois : une pièce de très grande valeur

L’appellation « Ange d’or » tire son origine de la représentation qui est gravée sur sa face. Cette pièce d’or présente en effet la particularité d’arborer sur l’avers, l’effigie de Saint Michel Archange debout sous un baldaquin terminé par un polylobe coupé en bas. L’ange aux ailes déployées est coiffé d’une couronne. Il tient, de la main droite, une croix à longue hampe enfoncée avec laquelle il immobilise un dragon gisant sous ses pieds, et saisit, de la main gauche, un écu fleurdelisé symbolisant la Royauté Française. L’ensemble étant entouré de la titulature : « xPhILIPPVSx D’x – GRA’x FRAx REX » soit « Philippe, par la grâce de Dieu, roi des Francs ».

Quant au revers, il comporte, sur sa périphérie, l’inscription : « XP’Cx VINCITx XP’Cx REGIIATx XP’Cx IMPERAT » ou « Le Christ vainc, le Christ règne, le Christ commande », entourant une croix quadrilobée, feuillue et fleuronnée, placée à l’intérieur d’un quadrilobe fleurdelisé accosté de quatre couronnes. Actuellement coté à 16 000 euros à l’état SUP, l’Ange d’or de Philippe VI De Valois est une pièce extrêmement rare qui est actuellement très recherché par les numismates et collectionneurs des quatre coins du globe.

20 FRANCS 1807 A Napoléon Ier

La pièce de monnaie de 20 francs Napoléon Ier est une pièce en or d’une pureté de 900/1000, avec 21 millimètres de diamètre, pour un poids de 6,45 grammes. L’on doit la gravure de la pièce aux graveurs Jean-Pierre Droz (1746 – 1823) et Joseph Tiolier (1763 – 1819). La pièce, également appelée Napoléon Ier tête nue, type transitoire (entre 1806 et 1807), est frappée à Paris en seulement 581 382 exemplaires.

Descriptif de la pièce

Sur l’avers de la pièce, la tête nue du roi Napoléon Ier à gauche, entourée en arc de cercle par la titulature : « NAPOLEON – EMPEREUR ». La lettre « T » du graveur Tiolier est représentée sous le cou de l’effigie de Napoléon Ier. Le revers de la pièce met en exergue, au centre, la valeur faciale de la pièce : « 20 FRANCS », sur deux lignes. Cette dernière est entourée d’une couronne formée de deux branches de laurier ; tandis que ce petit ensemble est à son tour entouré de la légende : « REPUBLIQUE FRANÇAISE », ainsi que le millésime « 1807 » et la marque d’atelier, symbolisée par la lettre « A » pour Paris. Sur la tranche de la pièce, on peut lire la mention : « Dieu protège la France ».

200 Francs Mariage Princier en or Monaco 1966

Pour célébrer le 10ème anniversaire du mariage du Prince Rainier III et avec Grace Kelly, la principauté de Monaco décide de lancer en 1966, 5000 pièces d’or d’une valeur faciale de 200 francs, titrées respectivement à 900 millièmes. Figurant parmi les pièces d’or les plus surcotées en Europe, cette monnaie vaut actuellement plus de 1500  euros.

200 francs Monaco 1966 : 10ème anniversaire Mariage

Son côté avers arbore en relief, sur la partie centrale, le profil gauche du Prince Rainier III et de Grace Kelly, entourés de la mention « GRACE. RAINIER III DE MONACO », parachevée, sur la partie inférieure, par le millésime de frappe. Le revers, quant à lui, met particulièrement en exergue, les armoiries de Monaco surmontées d’une couronne, caractérisées, au centre, par un écu quadrillé de losanges. En défenseurs, deux moines de l’Ordre des frères mineurs, chevelus, barbus et chaussés portant chacun une épée levée, debout sur une banderole avec la devise : « Deo Juvante » qui signifie « Avec l’aide de Dieu ». Sur le pourtour de la pièce est inscrite la mention : « Xème Anniversaire Mariage » (le tout en lettres capitales), accompagnée de la valeur faciale de 200 francs qui s’interpose, quant à elle, au milieu des deux différents.

100 francs Or Bazor 1935 – 1936

Alors que la France subit encore les séquelles de la Première Guerre Mondiale entre 1929 et 1936, en pleine période de crise financière, elle décide d’émettre plus de 13 millions d’exemplaires de pièces de monnaie en or d’une valeur faciale de 100 francs portant le nom du graveur Lucien Georges Bazor. Ces pièces furent rapidement démonétisées dès 1936 puis refondues. Très peu d’exemplaires ont échappé à cette refonte. Voilà pourquoi, les 100  francs or Bazor sont des pièces d’or très rares en France. Leur cotation peut varier de 900 euros à 2000 euros selon leur état. La cotation des pièces les plus recherchées peut même atteindre jusqu’à 15 000 euros.

100 francs or Bazor 

L’avers de la pièce arbore la tête de la Liberté coiffée d’un bonnet phrygien ailé, orné d’une cocarde, accompagnée de la signature du graveur L. BAZOR au-dessous. L’inscription REPUBLIQUE FRANÇAISE borde le pourtour de la pièce. Le revers représente, quant à lui, un globe faisant surgir un épi, une branche d’olivier et une branche de chêne, surmontés de la valeur faciale, mise en exergue sur sa partie supérieure centrale. Le millésime de frappe y est inscrit sur la partie inférieure. L’inscription « LIBERTE – EGALITE –FRATERNITE » est mise en relief sur la tranche.

Publicité
Publicité
Nuage de Tag