Prestation de services

Articles avec le tag ‘20 francs or’

20 Francs OR Génie 1896

Après les pièces d’or Napoléon ou Marianne Coq, les pièces de 20 francs or Génie de la IIIème République sont les pièces d’or françaises les plus connues. Pour payer l’énorme indemnité de guerre à l’Allemagne, la IIIème république a dû reprendre les dessins des anciennes pièces pour la frappe de nouvelles pièces d’or de 20, 50 et 100 francs. C’est ainsi que ces pièces ont conservé le Génie d’Augustin Dupré, déjà utilisé en 1792 par la Première République. La pièce de 20 francs or Génie de la Troisième République a été frappée en 86 millions d’exemplaires, de 1871 à 1898. En 1896, il a été frappé deux types de pièce de 20 francs or Génie débout : l’une avec le différent « faisceau », et celle avec le différent « torche ». Cette dernière est une pièce d’or d’une très grande rareté.

Description de la pièce

L’avers de la pièce montre le Génie de la République débout à droite, écrivant le mot « Constitution » sur une table de Loi posée sur un cippe. A ses côtés sont gravés une main de Justice et un coq tourné à gauche. Sur le revers figurent, au centre, la valeur faciale et le millésime, entourés par une couronne de chêne fermée ; entourée à son tour, en arcs de cercle, par la devise française : Liberté – Egalité – Fraternité.

20 Francs or buste nu Louis XVIII

Zoom sur les 20 francs or Louis XVIII buste nu

Toutes les pièces de 20 francs en or frappées à l’effigie de Louis XVIII ont été fabriquées entre 1814 et 1824. Elles existent en deux variétés, celles affichant à l’avers le buste du Roi habillé (frappées entre 1814 et 1815), et les 20 francs or Louis XVIII buste nu, frappées entre 1816 et 1824. Chaque pièce de 20  francs Louis XVIII buste nu porte un titrage de 900 millièmes, pèse 6,45 grammes, mesure 21 mm de diamètre et 1,3  mm d’épaisseur. Chef d’œuvre du célèbre graveur Auguste François Michaut, elles mettent, sur leur avers, en relief, le profil droit de Louis XVIII, les cheveux en queue de cheval tenus par un bandeau, en bas duquel se trouve inscrit le nom de l’artiste avec une tête de cheval.

Le portrait est encadré par l’inscription : « Louis XVIII Roi de France » en lettres capitales. L’autre côté de la pièce met en exergue un blason fleurdelisé muni d’une couronne, séparant la valeur faciale de la pièce.

 

L’ensemble se trouve enfin orné par deux branches d’olivier, et le millésime de frappe gravé en bas. La tranche de la pièce porte une inscription en creux : « DOMINE SALVUM FAC REGEM ».

20 francs Tunisie

Les pièces d’or 20 francs de Tunisie ont été frappées entre 1881 et 1928, pendant la période de protectorat français (1881-1956). Ce qui leur valut les mêmes caractéristiques que les pièces d’or françaises de l’époque, en termes de taille, de poids, et de titre (même que les Napoléons). Ainsi, les 20 francs or Tunisie ont quasiment la même popularité et les mêmes cours que les Napoléons.

Une pièce à la française

Pour ses 6,45 grammes de poids et son diamètre de 21 mm, la pièce en or 20 francs de Tunisie, appelée aussi « Protectorat français », titre à 900/1 000. Elle a été gravée par Jean Lagrange et, plus tard, par Auguste-Henri Patey. L’avers de la pièce porte des écritures en arabe : le pays, la dénomination et le millésime ; entourées, de part et d’autre, d’une branche de palme (gauche), et d’une branche d’olivier (droite). Le revers, quant à lui, porte la mention : « Tunisie », au-dessus de la valeur faciale « 20 », surmontant la mention « francs » et le millésime. Encore au-dessous de cet ensemble figure la marque de l’atelier de fabrication. Ledit ensemble est entouré d’un cercle et des motifs végétaux, formant des arabesques avec, au sommet, une étoile à cinq branches.

Publicité
Publicité
Nuage de Tag